27 avril 2011

J'ai lu: Hiver 2010/2011.

Un trimestre de lectures diverses.

J'ai continué des séries jeunesses commencées, je me suis intéressée à deux femmes au destin étonnant mais surtout je suis tombée sous le charme des écrits de Laura Ingalls Wilder...  Je vous vois déjà sourire derrière vos écrans...

hiver2010_2011

- Les aventures Alex rider (Anthony Horowitz) tome 4: Jeu de tueur.

Sur les quatre tomes lus, c'est le premier qui a des situations un peu plus proche de la vie d'ados,  bien que... (une pop star, inventeur d'une nouvelle console de jeux cherche à s'emparer d'air force one pour mettre la main sur les codes de mise à feu des missiles nucléaires... etc). Cette série n'est pas la préférée de mon fils (ni la mienne), mais elle le change de ses lectures scolaires. Je continue à lire tant que ça rentre dans la maison...

- La petite maison dans la prairie. (Laura Ingalls Wilder) La petite maison dans les grands bois.

Avant d'habiter dans la prairie, la famille Ingalls habitait une petite maison de rondins dans les bois du Winconsin. Marie et Laura n'étaient que des petites filles de 6 ans et 5 ans, Carrie n'était qu'un bébé.  La nature généreuse subvenait à leurs besoins et l'habilité des parents leurs permettaient de vivre en complète autarcie. Une vie rude, simple mais heureuse.

- La petite maison dans la prairie. (Laura Ingalls Wilder) Tome 1.

Dans les grands bois de plus en plus de monde s'installent. Le papa de Laura décide donc de partir dans l'ouest vers les grandes prairies du Kansas, en territoires indiens. Après des mois d'un périlleux voyage, ils s'intallent dans un endroit qui semble parfait. Après beaucoup de travail, ils vivent dans une confortable maison de rondin  qu'ils ont construite. Ils ne manquent de rien, la vie est agréable même  si les loups et les indiens leur font quelques frayeurs ...  le seul hic, ils se sont installés 5 km trop loin dans le territoire indien et les soldats vont les expulser. Sans attendre le père décide de partir. Le chariot est attelé,  la matériel chargé, ils quittent la maison de rondin et partent vers de nouvelles aventures.

- Carnets de la passagère. (Alain Louyot)

Ce roman commence en 1926 par la prédiction de l'étrange coiffeur du SS Majestic de la White Star à Sylviane. Qui est elle vraiment? Cette jeune femme voyage sous un faux nom... Alain Louyot septième enfant de cette étonnante passagère, nous raconte la vie incroyable de sa mère. Un livre qui se lit d'une traite tant la vie pleine de rebondissement de cette femme, de cette héroïne devrai je dire, est prenante. Bref un beau destin de femme. Merci maman de m'avoir prêté ce livre.

 - Cherub. (Robert Muchamore) Tome 8: Mad Dogs.

La guerre des gangs  fait rage à Luton, les Mad Dogs sont les plus redoutables. Des agents de cherub s'infiltrent, l'un d'entre eux est gravement blessé, James est envoyé en renfort et retrouve les lieux de sa deuxième mission  et  certains protagonistes de l'époque.  Le danger est permanent, l'issue de la mission est loin d'être aussi positif qu'espéré. C'est avec plaisir qu'on voit les personnages évoluer, James mûri, pour d'autres les punitions tombent, l'humour et la solidarité sont toujours là. Un très bon tome qui ne laisse pas une minute de répit. Mais quand est ce que sort le prochain en poche?

- En selle. (Christine Féret-Fleury, Geneviève Lecourtier) Tome 22 : Rendez vous à Lamotte.

Lamotte, la grande messe du monde de l'équitation. Lieu d'exellence, lieu de paraître, certains ferraient n'importe quoi pour décrocher leur sélection au championnat de France ... c'est ce que Luc va malheureusement faire! Comme toujours un sujet de fond sérieux est abordé, mais cette fois on ne termine pas avec un happy end ...  Un tome trop court.

- La lionne du boulevard. (Alexandra Lapierre).

Cet automne, j'avais beaucoup aimé le dernier roman d'Alexandra Lapierre. Cet hiver  j'ai eu envie de découvrir une autre personnalité étonnante sorti de l'oubli par la même auteur. Céleste jeune grisette veut et fait tout pour sortir de sa condition. Malgré des hauts et des bas  que la vie lui réserve, elle gére son "entreprise" avec génie et devient une femme riche et incontournable. Dans le tout Paris de son époque, on ne parle que d'elle.

- Enola Holmes (Nancy Springer) tome 6: Métro Baker Street.

Voir résumé et critiques ici.